"Cela fait partie de la beauté de toute la littérature : vous découvrez que vos désirs sont des désirs universels, que vous n'êtes pas seul et différent des autres. Vous en êtes." - Francis Scott Fitzgerald

samedi 9 janvier 2016

Superman est arabe


Auteur : Joumana Haddad 
Date de parution : 2013
Traduction : Anne-Laure Tissut
Edition : Babel
Nombres de pages : 228
Genre : Roman autobiographique
Prix : 7,80 

Résumé : Mariant réflexions, traits d'humour et échappées poétiques, Joumana Haddad dénonce le système patriarcal qui sévit dans le monde arabe et s'enracine dans les trois religions monothéistes. En discriminant la femme au sein de la famille et dans la vie sociale, ces religions ont institutionnalisé et sacralisé le machisme. Lequel, sous les apparences de la force, de la confiance en soi, de la fierté individuelle ou clanique, traduit en réalité un profond sentiment d'insécurité et des peurs irrationnelles. 
Les luttes enragées ces dernières années dans le monde arabe pour la liberté et la dignité n'aboutiront à rien sans l'établissement d'un rapport radicalement différent entre l'homme et la femme - et entre chacun d'eux et son propre corps. 


Mon avis : Quelle découverte ! J'ai été complètement séduite par la plume de Joumana Haddad. Comme c'était la première fois que je lisais un de ses livres, c'était comme découvrir un nouvel univers (par le biais de sa plume) et je ne suis pas déçue ! Je pense commander ses autres essais. En lisant la quatrième de couverture, j'ai eu un peu peur que le livre parte sur une rive un peu trop politique mais, en fait, elle ne fait qu'effleurer cet aspect. Tout au long de l'essai, elle nous montre différents arguments dans la lutte (parce que c'est une lutte) des femmes envers leurs droits. Elle remonte l'ensemble de sa vie, de sa jeune enfance à sa vie d'adulte, et de sa découverte -morceau par morceau- de son corps et de ses expériences. Dans "corps", j'entends ses sentiments et sa forte personnalité. J'ai adoré son chapitre concernant la genèse ; sa façon de l'écrire et soulever des aspects qu'on n'aurait pu voir dans d'autres conceptions mais qui, après lecture, paraissent si évidentes. Parfois, c'était très dur de lire tous ces chiffres qui dévoilent les preuves du machisme des hommes envers les femmes. Mais c'est bien le monde réel, celui dans lequel je vis, qui déshonore chaque jours des millions de femmes par "principe" et certaines "valeurs". Ce qui m'horripile, c'est qu'après ma lecture (bouleversante) je me suis connectée à Twitter ou j'ai pu lire certains articles de femmes proclamant que "le féminisme cherche à vaincre une lutte que les femmes ont déjà gagnées". Mais qui peut bien écrire ceci en sachant toute les horreurs que nous montre Joumana Haddad ? Quoi, parce que les femmes ont réussit à avoir le droit de votes, cela veut dire que la lutte est terminée ? Que chaque pays, chaque union, chaque famille, chaque homme, respecte la femme à sa juste valeur ? 
Le bouquin de Joumana Haddad est d'autant plus intéressant parce qu'elle fait, dès le départ, la distinction entre ce que les gens peuvent penser du féminisme et ce que le féminisme est réellement. Une lutte pour l'égalité des sexes, et non une lutte pour la domination des femmes sur les hommes. 
Belle claque !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire