"Cela fait partie de la beauté de toute la littérature : vous découvrez que vos désirs sont des désirs universels, que vous n'êtes pas seul et différent des autres. Vous en êtes." - Francis Scott Fitzgerald

dimanche 6 mars 2016

A Silent Voice, T6

Auteur : Yoshitoki Oima 
Date de parution : Janvier 2016
Edition : Ki-oon
Genre : Shônen manga
Prix : 6,60

Quatrième de couverture : Rattrapé par son passé après une conversation avec Satoshi, Shoya voit son pire cauchemar se réaliser : ses nouveaux amis sont maintenant au courant de ce qu'il a fait en primaire, et la situation dégénère.. 
Même si son monde s'est écroulé, l'adolescent essaie de faire comme si tout allait bien, mais Shoko n'est pas dupe. Persuadée que tout est de sa faute, la jeune fille tente de mettre fin à ses jours en se jetant dans le vide sous les yeux de Shoya ! 

Mon avis : J'ai littéralement bouffé ce tome. J'étais tellement impatiente de découvrir la suite de cette histoire, alors quand il est arrivé entre mes mains, je l'ai dévoré en une demi heure ! De plus, j'étais terriblement curieuse de voir pourquoi Shoya n'apparaissait pas sur la couverture de ce tome-ci, alors qu'on nous avait habitués à les voir réunies.
Dans ce tome, c'est une ascension de points de vues différents. On découvre enfin ce que pensent les amis de Shoya à propos de ce qui leur arrive. J'ai été inquiète pour l'état de santé de Shoya durant toute ma lecture, l'auteur met le suspense quant à ce qui adviendra de ce dernier..
En revanche, c'est définitif, je ne supporte plus du tout le personnage de Naoka. Je la trouve prétentieuse, immature et complètement irresponsable. J'ai aussi beaucoup de mal avec le fait qu'aucune figure parentale ne l'ai recadré (outre la maman de Shoko a qui j'envoie des salutations!) une bonne fois pour toute. Dans ce tome, elle dépasse complètement les bornes et enfreint les limites sans aucune culpabilité. Outre ce détail, j'ai beaucoup aimé le chapitre concernant Myoko et Satoshi ; on découvre enfin leur véritable histoire et la façon dont ils peuvent gérer ce qui leur arrive. Le personnage de Satoshi m'avait légèrement agacé quand il s'en était prit à Shoya lors du dernier tome, mais il semble que je me sois finalement réconciliée avec lui. Un autre personnage que je ne supporte plus non plus : Miki, quelle pimbêche ! Au même rang que Naoka pendant la moitié du chapitre qui lui est réservée, puis à la fin, elle se remet enfin en question. Ce qui n'était pas trop tôt !
Le sujet du suicide est très bien abordé, j'ai trouvé que l'atmosphère était pesante et que le suspense et l'intrigue ne s'était pas complètement envolé après cet incident. Et même si l'atmosphère était pesante c'est -après tout- bien normal après ce genre d'incident ; ce qui ajoute encore une fois une part de réalisme à cette série. Aussi, les planches sont toujours aussi magnifiques. La plume Yoshitoki Oima me touche de plus en plus au fur et à mesure que découvre les tomes.
Dans le dernier, c'est au tour de Shoko d'avoir un chapitre lui étant réservée. C'est, à mon goût, le plus triste de tous. Et c'est, bien évidemment, dans ce chapitre-ci qu'il se passe l'événement qui me tiendra en haleine jusqu'à ce que le tome sept sorte ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire