"Cela fait partie de la beauté de toute la littérature : vous découvrez que vos désirs sont des désirs universels, que vous n'êtes pas seul et différent des autres. Vous en êtes." - Francis Scott Fitzgerald

mardi 10 janvier 2017

Mémoire de fille

Auteur : Annie Ernaux
Date de parution : Avril 2016
Genre : Autobiographie Contemporaine 
Edition : Gallimard
Prix : 15

Quatrième de couverture : "J'ai voulu l'oublier cette fille. L'oublier vraiment, c'est-à-dire ne plus avoir envie d'écrire sur elle. Ne plus penser que je dois écrire sur elle, son désir, sa folie, son idiotie et son orgueil, sa faim et son sang tari. Je n'y suis jamais parvenue." 
Dans Mémoire de fille, Annie Ernaux replonge dans l'été 1958, celui de sa première nuit avec un homme, à la colonie de S dans l'Orne. Nuit dont l'onde de choc s'est propagée violemment dans son corps et sur son existence durant deux années. 
S'appuyant sur des images indélébiles de sa mémoire, des photos et des lettres écrites à ses amies, elle interroge cette fille qu'elle a été dan un va-et-vient implacable entre hier et aujourd'hui. 

Mon avis : C'est, je pense, pour moi un gros coup de cœur. J'ai adorée la plume d'Annie Ernaux dont je ne connaissais que le nom. Elle nous livre l'histoire de son corps et de son adolescence dans les années 1960. J'adore, j'adore, j'adore. Rien à redire. J'ai trouvée la lecture fraîche, spontanée et je ne me suis pas ennuyée du tout. J'ai bien eu quelques fois l'impression de rentrer comme une intrus dans sa vie intime qu'elle nous livre volontairement pourtant. "J'ai commencé à faire de moi-même un être littéraire, quelqu'un qui vit les choses comme si elles devaient être écrites un jour." Elle dissèque son adolescence et nous livre non pas une autobiographie anodine mais presque une introspection sociologique, où chaque détail à son importance qu'elle tâche d'étudier et d'analyser pour nous, mais surtout pour elle. Passant du bonheur évoquées à certains moments au malheur et à la colère que d'autres adolescents ont pu lui faire subir, c'est un voyage d'émotions. J'ai eu l'impression de lire un grand soulagement de sa part, arrivée à la fin du livre, et elle le dit elle-même, il fallait qu'elle écrive cet ouvrage. J'ai trouvée l'histoire de la perte de sa virginité particulièrement triste et émouvante, elle semblait être tout le contraire de la jeune fille à qui on peut souhaiter du mal. Le fait qu'elle juxtapose le "je" d'aujourd'hui et le "elle" de 1958 ne m'a pas troublée du tout, au contraire, on s'y habitue vite et je trouve que ça montre une fois de plus son désir de se dissocier de la jeune fille qu'elle était. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire