"Cela fait partie de la beauté de toute la littérature : vous découvrez que vos désirs sont des désirs universels, que vous n'êtes pas seul et différent des autres. Vous en êtes." - Francis Scott Fitzgerald

mardi 7 février 2017

Mauvais genre

D'après : La garçonne et l'assassin de Fabrice Virgili et Danièle Voldman
Auteur : Chloé Cruchaudet
Date de parution : 2013
Edition : Delcourt
Genre : Bande dessinée biographique
Prix : 24,95

Quatrième de couverture : Paul et Louise s'aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l'enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché dans une chambre d'hôtel. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d'identité. Désormais il se fera appeler.. Suzanne. Entre confusion des genres et traumatismes de guerre, le couple va alors connaître un destin hors norme. 
Inspiré de faits réels, Mauvais Genre est l'étonnante histoire de Louise et de son mari travesti qui se sont aimés et déchirés dans le Paris des années folles. 

Mon avis : D'abord, accrochez-vous, car je pense bien faire l'éloge de cette bande dessinée. Plutôt qu'une critique constructive, je pense que je ne serais pas très objective, mais vous aurez mon point de vue ! J'ai vraiment adorée la lecture de ce petit joyau qui est entré dans ma vie un après-midi de février pluvieux. J'ai commencé ma lecture dans le bus qui me ramenait chez moi, et je l'ai terminée tout juste avant mon dernier arrêt. J'avoue avoir été un peu déçue de la rapidité à laquelle j'ai lue celle-ci. J'aurais voulue continuer à lire pendant des heures et me coucher avec des dessins pleins la tête. Je me coucherais très certainement avec des dessins dans la tête, mais pas grâce à une longue lecture. Pourtant, la bande dessinée fait tout de même 156 pages de dessins, c'est beaucoup plus que ce à quoi je m'attendais au départ, et beaucoup plus que les nombreuses bande dessinée que j'ai déjà lue auparavant. 
Pour ce qui est de l'histoire, il faut savoir que c'est basé sur quelque chose de vrai. L'histoire d'un vrai couple, et c'est ce détail qui m'a particulièrement plu. Je me suis aussitôt sentie attirée par l'histoire atypique et les dessins fabuleux de Chloé Cruchaudet. Les teintes de rouges sur ces dessins en noir et blanc sont très jolies et je leur trouve quelque chose d'élégant. Quelque chose de très féminin et très touchant. C'était amusant à lire et à voir, car je trouve les dessins hyper délicats et pourtant certains dialogues étaient très crus, rendant le lien figure/fond très paradoxal. 
Le sujet est très bien mis en scène, j'ai trouvée que l'auteur avait parfaitement réussie à retransmettre les cotés très sombres de la guerre. Et on en voit les ravages sur Paul, qu'il m'ait arrivée de détester puis d'adorer et de vouloir le cajoler. Mon personnage favori restera cependant Louise, femme de caractère à la gueule d'ange mais très à l'écoute et au petit soins de son mari excentrique. Toujours une parole bien pensée et bien placée. J'ai, cependant, été extrêmement surprise par la fin, auquel je ne m'y attendais pas du tout. Cette fin d'histoire arrive à un moment de l'histoire ou on ne s'y attend pas, et ou on imagine pas une seconde qu'une scène comme celle-ci puisse arriver dans la suite des pages. Mais c'est une bande dessinée biographique, et ce qu'on lit n'est pas une fiction, mais bien des faits réels. Alors bien que ça étonne, c'est ce qui arrive dans la vraie vie. 
Bref, ne passez pas à côté ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire